News, Ouéssé + pahou
Kommentare 7

Bilan et réflexion

Le bilan et réflexion de la première Phase du projet

L’acquisition d’une pompe «Congolaise» était chaque fois accueillie par les «mamans» et filles comme une bénédiction et avec beaucoup de gratitude. Cette attitude, pour nous , l’équipe mettant á disposition une technologie permettant un développement autonome dans la maitrise de l’accès à l’eau propre, nous rendait cependant pensif.  Irrémédiablement, surgissait la même question accablante:   Pourquoi après plus de 60 années «d’aide au développement» un besoin aussi fondamental n’est-il toujours pas accessible á tous ?     avant (2)avant (3) Plus de 90% de la population rurale africaine souffre toujours des conséquences du manque d’accès à l’eau propre …  Quasiment inexistantes sont des solutions autonomes et durables où la population peut se prendre elle-même en charge dans ce domaine

P1170852 - KopieP1170896Cette méthode «congolaise» du forage manuel et semi-manuel et l’introduction de cette pompe d’aspect «rudimentaire» a pu convaincre par son efficacité, même les personnes les plus sceptiques (Personnes d’origines et de compétences différentes: ministères, bailleur de fonds, institution religieuses, société civiles, maires, CV,  sages  etc). Egalement les différents médias (TV, journaux, radio)  ne manquaient pas au rendez-vous.

100_171227.02 Ouesse Abschluss (100) Visite du ministère des „microfiances“ : Mme la Ministre à Porto Novo; Du DC à Ouèssè 27.02 Ouesse Abschluss (71) - KopieInvestigateur Le révèrent  pasteur Ernest  (D; Remise des Attestations);  Le Quotidien „L’investigateur“ 18.02 (6)
Visite d’un représentant de la GIZ (G); (Arne, Sylvain), le Pasteur Paul et le CV de Ouèssè 27.02 (26)27.02 (19) Témoignage de Julius (Adhérant puisatier) devant les caméras de la télévision Béninoise Contrairement á toutes les technologies de forages manuels et des pompes à main existantes, une formation sur le tas de la construction des outils de forage et de pompes se fait par un recrutement des adhérents du village désirant une telle installation. Suit la formation sur le tas de son utilisation et maintenance. En plus de ces atouts, cette technologie ne nécessite ensuite plus aucune intervention externe (pour maintenance/réparation), ni de matériel ne se trouvant pas localement. Cette technologie fort simple et peu coûteuse est donc á la hauteur de tous avec le potentiel de se propager facilement et de façon autonome.

Les acquis de cette première Phase de projet sont les suivants :

  1. 22 adhérents ayant bénéficié au moins d’une formation aboutissant á une pompe
  2. 12 adhérents ont décidé de poursuivre cette formation pour en faire leur métier, dont 5 ont mené à bien leur chantier comme «chef de chantier»
  3. 4 forages/pompes existent maintenant comme exemples probants au Bénin: 3.1.         2 pompes ont pu être accaparées et maitrisées directement par les villageois ayant participé á la création de cet ouvrage. Ces deux pompes fournissent actuellement de l’eau propre á au moins 1000 personnes tous les jours. 3.2.         2 autres pompes qui furent installée au début de cette première phase de projet à SONGHAI (Porto-Novo) servent comme «objet de démonstration» technique et ne sont donc malheureusement pas mis á la disposition d’une population villageoise. Le potentiel d’un développement autonome par la population de base de cette technologie n’est donc pas un objectif principal dans la structure de cette institution.  Seuls des stagiaires agricoles et des ouvriers  de SONGHAI ont été appelé á effectuer ce travail.  Une collaboration ultérieure avec SONGHAI n’est de notre part plus envisagée. Avec l’exception d’un seul adhérant de SONGHAI, des volontaires envoyés au premier stage à SONGHAI par le ministère des «Microcrédits» de la République du Bénin  et d’un pasteur ont persévéré. Ils ont continué á nous suivre sur les autres chantiers, pour  ainsi perfectionner leur savoir-faire et même acquérir le niveau de «chef de chantier»
  4. Trois équipements complet ont été fabriqué et financé par ce projet. Deux sont actuellement entreposé en sécurité à Cotonou dans l’attende de la deuxième phase de projet, afin d’éviter des démarrages de chantier «semi professionnel» et sans supervision,  pouvant mettre en cause toute crédibilité actuellement acquise.
  5. Cette première phase de projet a pu démontrer que le transfert «sud-sud» de solutions «niches» n’est pas une utopie. Techniquement comme sur le plan financier, ces technologies adaptées peuvent être maitrisées par la «population de base» de façon autonome et durable.
  6. Cette approche  «société civile»  devra cependant collaborer étroitement avec des institutions institutionnelles (contrôle de la qualité d’eau,  santé/assainissement, homologation technique et du savoir faire etc.; une des actions principale de l’ONG voir point 7)
  7. Une ONG (MIFON signifiant «  Réveillez – vous » en langue FON du Bénin) au service des puisatiers et des constructeurs d’équipement de forage et de pompes a été créée, afin de sécuriser et pérenniser ce développement autonome concernant l’accès à l’eau par un entrepreneuriat local. De veillez á une étroite collaboration avec les cervices institutionnells concernés est églement cruciale au bon déroulement de ce projet: voir point 6). Mutualiser ces efforts complémentaires au service des puisatiers, de faciliter leur démarrage vers un entrepreneuriat autonome et de pouvoir répandre plus facilement l’accès á l’eau propre dans les zones rurales sont donc les les devoirs principaux de cette ONG Béninoise.
  8. Un bureau d’études a également été créé à Cotonou ( MAYIBEST formé de deux greffes : MAYI est l’eau en LINGALA (CONGO) et BEST signifiant MEILLEUR (Anglais) –  Signe d’une part de notre appartenance Africaine et d’autre part de l’ouverture sur le monde. MAYIBEST aura comme devoir d’assurer l’apprentissage en profondeur et le «rodage» des différentes actions complémentaires de cette ONG.

P1120285  En disant au revoir au Révérend pasteur Ernest, j’ai encore rencontré trois des meilleurs adhérents  puisatiers qui étaient présents durant ces deux derniers  mois de formation. Impatients de vouloir poursuivre cette formation, le pasteur Ernest et moi-même avions dû les consoler d’attendre  la deuxième phase de projet, afin de consolider et sécuriser leur savoir-faire avant de démarrer leur propre entreprise.   Leur enthousiasme souligne combien ce projet est souhaité á tous les niveaux. (De gauche à droite: Maxime, Julius, Arne, Severin et Pasteur Ernest dans son  Bureau)

 La deuxième phase de projet 

Les objectifs pour la prochaine phase de projet sont :

  1. Perfectionner la fabrication des outils de forage et des pompes (contrôle et homologation nécessaires, afin d’éviter des contrefaçons de qualité insuffisante)
  2. Gagner en expérience sur des terrains de différentes natures nécessitant des approches spécifiques avant de s’engager comme entrepreneur indépendant.
  3. Etablir un service préparatif concernant la négociation avec les clients et la mise en relation client/puisatier.
  4. Mutualiser les puisatiers et constructeurs du matériel de forage et de pompes, afin de  soutenir les jeunes entrepreneurs entre autre pour l’acquisition de leurs outils de travail.
  5. Intégrer les capacités techniques des pompes solaires en étroite collaboration avec une société appliquant le «business social»  (ex. « BONERGIE » au Sénégal)
  6. Etablir des moyens  de relation publique, afin de mieux pouvoir cibler les différents décideurs et clients, mais aussi pour renforcer  une meilleure collaboration entre différents domaines complémentaires

L’objectif global de cette deuxième phase de projet est le «rodage» sur le tas de cette ONG  concernant la sécurisation, la diffusion et la pérennisation de ce développement autonome dans le domaine de l’accès à l’eau propre par un entrepreneuriat local.  L’ONG MIFON  sert donc de centre de mutualisation et de gestion/Coordination  des intérêts de tous les puisatiers et des constructeurs d’équipement de forage et de pompes.  Ceci implique également d’assurer une étroite collaboration des institutions institutionnelles concernées. Pour ce faire il est envisageable que le bureau d’étude se dote des deux meilleurs formateurs puisatiers Congolais, ayant déjà fait preuve de leur compétence durant la première phase de ce projet.  Il en est de même pour les domaines de gestion, négociation avec les clients et de mutualisation des intérêts des puisatiers. Le Côté de la relation publique et la création de documents de formations sont un aspect complémentaire et incontournable pour le bon fonctionnement et diffusion du projet. Afin de gagner une compétence permettant une diffusion autonome sur la base de la création de l’entrepreneuriat local, une durée de projet de six mois est envisagée. Dans le contexte d’un développement «sud-sud» une participation d’un bailleur de fonds d’origine Africaine sera vivement souhaitée.
27.02 Paho Tobo (37)
Fin (provisoire) des chantiers : Rapatriement des équipement de forage à Cotonou

Actuellement la Formation des puisatiers n’est pas terminée….  Mon souhait sera de  retrouver la même équipe pour la deuxième phase de projet en octobre 2015, afin de finaliser ce projet en le rendant autonome et durable. Il devra s’y joindre un expert supplémentaire  de l’audio-visuel/RP, afin de renforcer nos communs efforts pour une meilleure compréhension et diffusion de ce projet.

Nous avons tous fournis les exemples probants au Bénin, maintenant c’est aux Financiers de nous soutenir pour finaliser cette action prometteuse

 

7 Kommentare

  1. noudehouvital sagt

    nous qui n’avions pas fini la formation des puisatiers demandons une doléances a l’achèvement de la formation

    • Dr. Arne Thies sagt

      Cher ami,
      Je suis heureux de lire ton commentaire, car cela me réconforte dans nos démarches de trouver les fonds nécessaires pour cette deuxième phase de projet prévu pour octobre 2015. Je suis très satisfait de savoir que nos efforts ont vraiment pu convaincre. Tu as raison: jusqu’à maintenant nous avons réussi à créer 4 exemples probants avec votre participation, mais nous n’avons pas fini la formation afin de devenir autonome. Cependant, ces 4 puits étaient une des conditions nécessaires pour convaincre des financiers de nous soutenir pour cette deuxième et dernière phase de projet. Cette action devra servir non seulement à terminer votre formation, mais aussi à soutenir un développement autonome et durable de l’accès à l’eau potable pour tous par le biais d´un entrepreneuriat local.

      Pour ce faire, nous avons créé début mars avec Marie-Félicienne (MF) et fofo pasteur Ernest une ONG. L’ONG MIFON sert de centre de mutualisation et de gestion/coordination des intérêts de tous les puisatiers et des constructeurs d’équipement de forage et de pompes. Ceci implique également d´assurer une étroite collaboration avec les institutions institutionnelles concernées. Actuellement ce sont nos intentions : MIFON doit durant cette dernière phase de projet aussi subir une formation sur le tas pour acquérir ses compétences et la routine dans l’action.

      Si vous, les puisatiers adhérents, vous pourriez vous regrouper pour donner plus de poids à votre demande au niveau des financiers potentiels (GIZ, Diaspora, CE…) mais aussi envers des Institutions nationales (Ministères…), ce serait un beau témoignage de votre détermination à vouloir prendre votre destin en main. Pour ce faire, associez-vous avec MF (94066091) qui est parfaitement capable de vous guider dans ces démarches pour une bonne cause !

      Les formateurs Congolais, MF, et moi-même sommes prêts à revenir et à finaliser ce magnifique projet avec vous, je te l’assure !!!
      Amitié
      Arne

    • Dr. Arne Thies sagt

      La motivation est là….je me bats pour le financement cher ami! Je suis heureux de te voir prêt á démarrer comme beaucoup d’autres !

  2. Yves Richard sagt

    félicitations à tous les collaborateurs de ces premiers forages et merci pour publication de ce qui a été si vite réalisé. Vive MIFON !

    • Dr. Arne Thies sagt

      Merci á toi également cher fofo père Yves. Je n’oublie pas que c’est grâce á toi que j’ai pu connaitre Marie-Félicienne, ma main droite sans l’laquelle ce projet n’aurait jamais pu se faire. Merci encore et j’espère vraiment de nous revoir en automne prochain pour finaliser ce projet.

  3. Johnd272 sagt

    Your goal is to breed all the different dragons available to you and enter combat against other player’s dragons.

    • It is just my conviction, therefore I made this choice in just doing it… I’ll do invite all similar souls in joining this common idea in making our planet a little better and human by respecting and even loving each other. Maybe we could even convince some dragons… 🙂

Schreibe einen Kommentar zu Yves Richard Antworten abbrechen

Deine E-Mail-Adresse wird nicht veröffentlicht. Erforderliche Felder sind mit * markiert.